Derniers Commentaires

RSS-Feed

News26 RSS Feed

RSS icon.svg

Qui est en ligne

Nous avons 143 invités en ligne

Rechercher

La BCE veut sauver les banques PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 06 Octobre 2011 20:56

Qui voudrait encore quelques milliards ? La BCE n'achète pas seulement des obligations d'Etats en faillite mais annonce également deux généreux programmes d'aide pour les banques. Les noms de ceux qui recevront l'argent restent secrets, bien sûr. Un joli cadeau d'au revoir aux banques de Jean-Claude Trichet, qui donnait sa dernière conférence de presse en qualité de président de la Banque centrale européenne. La facture sera présentée aux contribuables.

 

Le président de la BCE Jean-Claude Trichet a annoncé jeudi une série d'opérations exceptionnelles pour aider les banques de la zone euro à se refinancer.

L'institution de Francfort prévoit deux opérations de refinancement à volume illimité sur environ un an, en octobre et décembre, un instrument exceptionnel qu'elle n'avait plus sollicité depuis décembre 2009.

M. Trichet a également annoncé une relance du programme de rachat d'obligations des Etats en difficultés, ce dernier pour un montant total de 40 milliards d'euros entre novembre 2011 et octobre 2012.

La BCE avait conduit un programme d'achat similaire entre juillet 2009 et juin 2010 pour un montant total de 60 milliards d'euros.

Elle va également maintenir "aussi longtemps que possible" ou en tout cas au moins jusqu'au 10 juillet 2012, ses actuels prêts hebdomadaires, sans limite de montant et à taux fixe, a dit M. Trichet lors d'une conférence de presse. Avant la crise ces opérations étaient d'un montant limité, et à taux variable.

Entre janvier et fin juin 2012, six opérations de prêts sur trois mois ont été annoncées, dans les mêmes conditions généreuses que les prêts sur une semaine.

Le but de l'ensemble de ces opérations est "d'assurer que les banques de la zone euro ne soient pas limitées en ce qui concerne les liquidités", a dit le Français qui présidait pour la dernière fois cette conférence de presse, tenue dans les locaux de la Bundesbank à Berlin, la BCE délocalisant tous les six mois ses réunions dans les capitales de la zone euro.

"La situation du secteur bancaire demande une attention particulière", a dit M. Trichet, en plein débat en zone euro sur une nécessaire recapitalisation des établissements, encombrés par des dettes de pays à risques et des actifs toxiques.

M. Trichet a également rappelé qu'il n'était "pas approprié" que la BCE crée un effet de levier pour le fonds européen de secours (FESF) en lui permettant de se refinancer auprès d'elle, comme le souhaitent certains reponsables politiques européens afin de lui donner une marge de manoeuvre plus importante. Il est doté de 440 milliards d'euros de capacités de prêt, ce que les analystes jugent insuffisants pour à la fois porter secours aux pays en difficulté et aux banques.


 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir