Derniers Commentaires

RSS-Feed

News26 RSS Feed

RSS icon.svg

Qui est en ligne

Nous avons 120 invités en ligne

Rechercher

Sapir: de la monnaie unique à la monnaie commune PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 20 Novembre 2012 09:49

La zone euro, aujourd’hui, n’est pas fonctionnelle ; c’est une évidence qui est désormais admise. Cette zone n’est pas intégrée de manière homogène en fonction des différents pays. Des pays qui ne sont pas membres de la zone euro sont aujourd’hui plus intégrés avec la zone euro que des pays de la zone euro eux-mêmes.


Par Jacques Sapir, économiste

Tout indique que nous sommes aujourd’hui arrivés à un butoir. L’austérité devient chaque jour un peu plus insupportable, en Grèce, au Portugal et en Espagne, et le spectre d’un défaut de la Grèce  revient hanter les ministres des finances de la zone Euro.

Même si des solutions provisoires sont trouvées, ce qui est probable, elles ne dureront que quelques semaines. Il faudra bien prendre des décisions. Soit nous irons vers une surenchère dans l’austérité qui se fera nécessairement par des moyens non démocratiques, soit se posera, enfin, le problème des formes de régulation d’une zone économique hétérogène.

La zone euro, aujourd’hui, n’est pas fonctionnelle ; c’est une évidence qui est désormais admise. Cette zone, il faut le savoir, n’est pas intégrée de manière homogène en fonction des différents pays. En effet, des pays qui ne sont pas membres de la zone euro sont aujourd’hui plus intégrés avec la zone euro que des pays de la zone euro eux-mêmes.

La part du commerce import et export de la Hongrie, de la Pologne ou de la République tchèque avec la zone euro est nettement plus importante que celle de la France, de la Grèce ou du Luxembourg. Par ailleurs, les conditions d’évolution de la productivité restent largement divergentes entre les pays de la zone. Ajoutons que le capital circule de moins en moins au sein de la zone, et les conditions de travails restent largement différentes.

Nous sommes donc bien en présence d’une zone économique hétérogène. En assurer le fonctionnement au sein d’une même monnaie pose de redoutables problèmes .

L’hypothèse fédérale, qui est pour l’heure privilégiée par les gouvernements européens, impose de quantifier les transferts des parties riches de la zone euro vers les parties moins riches, voire fortement appauvries. Patrick Artus estime cette charge à 12% du PIB de l’Allemagne qui serait largement (à 90%) payée par l’Allemagne. Une autre manière de faire les calculs est cependant possible. Il est évident que les pays du « sud » de la zone Euro (Espagne, Grèce, Italie, Portugal) devraient faire un effort considérable dans les domaines de la recherche et de l’enseignement afin d’obtenir les gains de compétitivité, de productivité, qui leur permettent d’inverser la tendance d’accroissement de leurs coûts salariaux réels. Il faudrait de plus qu’ils consacrent des sommes importantes à leurs systèmes d’éducation pour que la main d’œuvre soit en mesure d’utiliser les techniques avancées issues de cet effort de recherche et développement. Ces pays devraient en outre recevoir une aide pour financer leur déficit structurel avec l’Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande et l’Autriche. ce qui implique à nouveau des montants compris entre 100 et 120 milliards d’euros. Autrement dit, il faudrait transférer à ces pays un minimum annuel de 250 à 260 milliards d’euros. Ces transferts seraient largement financés par l’Allemagne, ce qui porterait la contribution nette de l’Allemagne au moins à 200 milliards d’euros par an, soit 8% de son produit intérieur brut. Le problème, on le voit, n’est pas que l’Allemagne ne voudra pas le faire, c’est que l’Allemagne ne pourra pas le faire ! Une contribution de ce montant aboutirait inévitablement à casser les reins de l’économie allemande.

Cela impose donc de penser à l’autre mode de régulation de cette zone hétérogène : des dévaluations ou réévaluations de monnaies. De nombreux économistes ont déjà signalé que ce serait le moyen le plus simple et le moins coûteux de rétablir la compétitivité pour les pays qui souffrent d’un déficit important en ce domaine. Mais, cela veut dire recouvrer des monnaies nationales. Beaucoup de gens craignent alors légitimement que cela ouvre un espace privilégié à une spéculation monétaire internationale qui, en son temps, a emporté le Système monétaire européen. Il faut se souvenir que les deux grandes crises spéculatives qu’a connues le Système monétaire européen ont fini par aboutir à sa destruction. Il nous faut donc poser les pré-requis d’une monnaie commune européenne.

Tout d’abord, il faudra maintenir les institutions de coordination monétaire entre pays, ne serait-ce que pour définir les niveaux de dévaluation ou de réévaluation que les différentes monnaies nationales devraient adopter les unes par rapport aux autres et pour refaire, de manière régulière (tous les ans ou dix-huit mois) un état de la situation afin de voir si certains pays doivent encore dévaluer ou d’autres réévaluer.

Deuxième point important : il faudra, autant que faire se peut, limiter la spéculation monétaire interne. C’est tout à fait faisable à la condition que les pays qui seront membres de ce nouveau système de coordination monétaire (et non d’une union monétaire) qui devrait évidemment déboucher sur la création d’une monnaie commune s’accordent aussi sur le principe de mesures limitant soit l’existence de compartiments du marché des changes, soit la liberté d’opérations sur certains compartiments. Ces mesures concerneraient évidemment les opérations à très court terme dont certaines (les opérations au jour le jour) pourraient être interdites ou très fortement réglementées. Nous les savons depuis une vingtaine d’années, d’un point de vue théorique, que ces mécanismes de spéculation sont très profondément déstabilisants.

Le troisième pré-requis est l’union bancaire. Il est extrêmement important que les banques, dans les pays qui accepteraient cette monnaie commune, aient les mêmes règles prudentielles et les mêmes règles sur la banque de détail. Il est d’ailleurs complètement aberrant que, dans le cadre d’une monnaie unique évidemment beaucoup plus exigeante qu’une monnaie commune du point de vue d’une union bancaire, on ait laissé les pratiques des banques de détail diverger de la manière que l’on connaît dans les années qui ont précédé la crise. C’est ce qui explique en particulier l’ampleur des dettes des banques espagnoles et le problème des banques irlandaises.

Quelle sera la place de cette monnaie commune dans un système monétaire international ?

Il faut revenir en arrière : en 1995 (l’euro n’existait pas encore), le dollar ne constituait que 59% des réserves des banques centrales. Il est passé de ce niveau à 70% des réserves des banques centrales mondiales en 2003. Autrement dit, l’introduction de l’euro ne s’est pas faite contre le dollar, elle s’est faite contre les petites monnaies (la livre, le yen, le franc suisse). Ce sont ces monnaies qui ont le plus souffert de l’introduction de l’euro.

Si aujourd’hui nous pouvions mettre en place une monnaie commune, celle-ci pourrait à terme devenir un point de référence pour les banques centrales, ce qui impliquerait évidemment que soient émises progressivement des dettes dans cette monnaie commune, en particulier dans le cadre de transactions entre la zone de la monnaie commune et le reste du monde. Car s’il n’y a pas de dettes libellées dans la monnaie commune, on ne peut espérer voir cette monnaie commune servir d’instrument de réserve.

Cette monnaie commune aurait l’immense avantage d’attirer à elle toute une série de pays car ce système beaucoup plus souple que la monnaie unique qui fonctionne aujourd’hui, garantit en même temps une certaine stabilité face aux spéculations internationales. Il est parfaitement imaginable que des pays comme la Russie ou la Chine, sans demander à faire partie de la zone de la monnaie commune, décident d’indexer leur monnaie, en tout ou partie, sur cette monnaie commune. On sait que les dirigeants de ces deux pays ont appelé à l’émergence de nouvelles monnaies de réserve internationales. Ils n’ont évidemment plus confiance dans l’Euro dont on voit depuis deux ans et demi la part dans les réserves des banques centrales diminuer régulièrement. Mais ils n’ont pas plus confiance dans le dollar.

C’est cet hiver que nous verrons le point de rupture. Il est impossible de savoir à l’heure actuelle si la raison l’emportera et si l’idée d’une dissolution concertée, coordonnée, s’imposera ou si, certains dirigeants restant figés dans leurs certitudes et dans leurs illusions, nous irons vers des sorties échelonnées de la zone euro qui conduiraient évidemment à un éclatement de l’euro et rendraient beaucoup plus difficile la reconstitution d’une monnaie commune par la suite.


 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir